Connexion



Fil d'actu (RSS)   picto rss         

Le Centre National d'Expertise sur les Vecteurs (CNEV) est une structure multidisciplinaire permettant de mobiliser rapidement et efficacement, dans une perspective d'aide à la décision, l'ensemble de l'expertise et des compétences françaises dans les domaines de l'entomologie médicale et vétérinaire, de la lutte anti-vectorielle et des sciences humaines et sociales appliquées à la Lutte Anti-Vectorielle.

Home

Exposition aux piqures de tiques : apport des sciences citoyennes aux Pays-Bas

Aux Pays-Bas, la participation du public a été mise à contribution pour rapporter les piqures de tiques depuis 2006. Ce snt ainsi 35 000 retours qui ont été obtenus et qui ont permis d'identifier les déterminants humains et environnementaux du risque d'exposition.

Les facteurs liés aux activités humaines se sont en particulier révéls comme plus prédictifs du risque de piqure que des facteurs climatiques.

 

Référence : Garcia‐Martí I, Zurita‐Milla R, Swart A, van den Wijngaard KC, van Vliet AJ, Bennema S, Harms M. Identifying Environmental and Human Factors Associated With Tick Bites using Volunteered Reports and Frequent Pattern Mining. Transactions in GIS. 2016.

     

 

Virus Zika aux Antilles-Guyane : Point épidémiologique (26 mai 2016)

La Cire Antilles-Guyane publie un point épidmiologique actualisant la sitaution au regard de la circulation du virus Zika dans les départements français d'Amérique.

 

L’épidémie se poursuit en Martinique avec une baisse des indicateurs épidémiologiques qui pourrait témoigner d’un reflux de l’épidémie, mais cette tendance reste à confirmer (nombre de cas cliniquement évocateurs cumulés depuis le début de l'épidémie : 26 650).

L’épidémie poursuit sa phase croissante en Guadeloupe (nombre de cas cliniquement évocateurs cumulés : 6 320) ainsi qu'à Saint-Martin (425) et un début de cirtculation virale est observée à Saint-barthélémy.

En Guyane, l’épidémie se poursuit sur le littoral guyanais et de l’Oyapock (nombre de cas cliniquement évocateurs cumulés : 6 700).

 

Accès direct au Point épidémiologique n°20/2016 du 26 mai 2016.

 

 

Dengue à La Réunion : point épidémiologique

La CIRE Océan Indien publie un point actualisant la situation au regard de la circulation de la dengue à La Réunion.

Depuis fin 2015, 193 cas autochtones de dengue ont été identifiés. La circulation du virus semble être en légère baisse au sein des foyers déja connus mais la circulation demeure active au niveau de l'île.

Accès direct au point épidémiologique n°43 du 25 mai 2016.

 

Zika: situation épidémiologique aux Antilles-Guyane

La Cire Antilles-Guyane publie le point épidémiologique du 19 mai 2016 sur la situation de Zika dans les DFA. L'épidémie se poursuit en Martinique et en Guadeloupe. A Saint Martin les indicateurs épidémiologiques montrent une augmentation récente mais importante du nombre de cas qui reste à confirmer. En Guyane, l'épidémie se poursuit sur la zone litorrale et d'Oyapock.

 

Circulation active de la dengue à La Réunion

La Cire de l'Océan Indien fait le point épidémiologique sur la circulation active de la dengue dans le sud et l'ouest de La Réunion. Par ailleurs la survenue de cas dans de nouveaux secteurs laisse craindre une extension géographique de la circulation virale. A ce jour 184 cas autochtones ont été identifiés depuis fin 2015.

Plus d'information dans le Point épidémiologique n°40 du 18 mai 2016.

 

Virus Zika: le point épidémio dans les DFA

La Cire Antilles-Guyane publie la situation épidémiologique dans les Antilles françaises et en Guyane. L'épidémie de zika se poursuit en Guadeloupe avec une augmentation des indicateurs. En Martinique, une diminution des indicateurs épidémiologiques est constatée bien que l'épidémie se poursuive. La situation reste inchangée en Guyane.

Plus d'informations dans le point épidémiologique du 12 mai 2016.

 

Lutte génétique contre les vecteurs : opportunités et contraintes

L'unité mixte de recherche CMAEE (Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes) du CIRAD organise une animation scientifique  le mardi 24/05/16 de 14h à 16h au bâtiment B, salle visio B01 du campus de Baillarguet. Jérémy Bouyer présentera ses travaux sur la lutte génétique comme alternative crédible au "tout chimique", dans le cadre d'une stratégie de lutte intégrée contre les vecteurs.

 

Page 1 sur 61

Vous pensez avoir observé un moustique tigre (Aedes albopictus) ? Vous souhaitez le signaler ?

Accédez au portail de signalement dédié

Qu’est-ce que la lutte antivectorielle ?

Dans son acception la plus large, la lutte antivectorielle comprend...

En savoir plus...

Qu'est ce qu'un vecteur ?

Un vecteur est un arthropode hématophage (se nourrissant de sang) qui ...

En savoir plus ...

S'inscrire à la lettre d'information

Free business joomla templates