Connexion



Fil d'actu (RSS)   picto rss         

Le Centre National d'Expertise sur les Vecteurs (CNEV) est une structure multidisciplinaire permettant de mobiliser rapidement et efficacement, dans une perspective d'aide à la décision, l'ensemble de l'expertise et des compétences françaises dans les domaines de l'entomologie médicale et vétérinaire, de la lutte anti-vectorielle et des sciences humaines et sociales appliquées à la Lutte Anti-Vectorielle.

Home

OMS : définition de priorités de travail pour lutter contre le paludisme

Les membres du Groupe consultatif stratégique de l'OMS pour l'éradication du paludisme se sont réunis à Genève pour définir les priorités de travail en matière de lutte contre le paludisme pour les deux prochaines années. Le périmètre de travail proposé couvre un large éventail de domaines : biologique, technique, financier, socio-économique, politique et environnemental.

Parmi les différents thèmes abordés peuvent en particulier être mentionnés les approches de mobilisation communautaire, les stratégies d'éradication dans les zones de forte transmission et les risques qui pourraient mettre en péril les objectifs d'élimination, comme par exemple le changement climatique et les troubles civils.

Plus d'informations sur le site de l'OMS.

  

 

Utilisation d'un rassemblement de masse pour améliorer la connaissance sur les maladies à tiques

Alors que le recours aux sciences participatives est de plus en plus mis en avant pour améliorer les connaissances relatives aux tiques, un article publié dans Emerging Infectious Diseases rapporte une autre utilisation du public ou plus précisément d'une manifestation de masse pour évaluer l'exposition humaine aux agents pathogènes transmis par les tiques.

Ainsi, lors d'un marathon de deux jours en Ecosse en juin 2014, les participants se sont vus remettre à la fin de chaque journée de l'événement un tube contenant de l'éthanol  pour récupérer les tiques qu'ils ont pu retrouver sur eux. Outre l'intérêt en termes de prévention et de sensibilisation de ce public, cette opération a permis de montré qu'au moins 8.5% des partcipants ont été mordus par une ou plusieurs tiques le premier jour et 13.8% le second. Parmi les tiques collectées, une infection par Borrelia Burgdorferi s.l. a été mise en évidence pour 0.7% des larves et 12.4% des nymphes.

 

Source : Hall JL et al.Use of Mass-Participation Outdoor Events to Assess Human Exposure to Tickborne Pathogens. Emerg Infect Dis. 2017 Mar;23(3):463-467. doi: 10.3201/eid2303.161397.

   

 

ASTMH 2016 - Présentations disponibles

Malaria Eradication Scientific Alliance (MESA) met à disposition certaines vidéos, présentations sur le paludisme, les moyens de contrôle...  qui  ont été présentées lors du colloque de novembre 2016 à Atlanta.

Pour y accéder cliquez ici.

 

L'OMS Europe publie un cadre de formation pour la gestion des risques liés aux moustiques invasifs

L'OMS Europe a publié un document qui constitue un cadre de formation visant à fournir aux non-spécialistes une compréhension des questions clés liées aux moustiques envahissants et aux maladies (ré)émergentes à transmission vectorielle. Il vise plus particulièrement les décideurs ainsi les gestionnaires de programme impliqués dans la planification, la mise en œuvre et l'évaluation des stratégies de surveillance et de contrôle des moustiques vecteurs invasifs.

  

 

Circulation active du virus Usutu en Europe de l'Ouest en 2016

Un article publié dans Eurosurveillance rapporte une circulation du virus Usutu pendant l'été 2016 en Belgique, France, Allemagne ainsi qu'aux Pays-Bas. Cette circulation constitue la plus large épizootie due à ce virus jamais observée en Europe. La question de l'endémisation de ce virus est clairement posée par les auteurs.

Source : Cadar et al. Widespread activity of multiple lineages of Usutu virus, western Europe, 2016. Eurosurveillance 22(4).

 

Intérêt des sciences participatives pour mieux connaître les tiques et les maladies qu'elles transmettent

Le recours aux sciences participatives est une pratique en plein essor qui permet de mobiliser des volontaires dans la collecte d'informations scientifiques relatives à la biodiversité et également de les sensibiliser à la démarche scientifique. Ces actions de science participative sont également un moyen d'informer la population sur des enjeux liés à l'environnement ou à la santé publique.

Le recours à des citoyens pour mieux connaître la distribution des tiques, leur dynamique saisonnière, est ainsi un des objectifs du Plan Lyme lancé par le ministère en charge de la santé.

Un article publié par une unité mixte de recherche (INRA/Anses/ENVA) dans The Conversation vise ainsi à expliquer l'utilité d'un projet de sciences participatives pour mieux comprendre les maladies transmises par les tiques.

  

 

 

Résultats encourageants de la dissémination de pyriproxyfène au Brésil

Le pyriproxyfène est un analogue de l’hormone juvénile qui bloque le développement des larves de moustiques et empêche ainsi l’émergence de moustiques adultes. Cette technique a été utilisée en 2004 à Iquitos (Pérou) en tant qu’outil de contrôle d’Aedes aegypti. Depuis, le recours à cette technique est expérimenté dans différentes régions du monde tant pour lutter contre Ae. aegypti qu’Ae. albopictus.

Un nouvel article sur l’utilisation de ce régulateur de croissance par autodissémination est ainsi publié dans PLos Medicine au sujet d’un essai terrain sur l’ensemble de l’aire urbaine de Manacapuru, ville brésilienne d’Amazonie d’environ 60 000 habitants (13 500 logements répartis sur 650 hectares). Les résultats de cet essai sont plutôt encourageants. En effet, l’utilisation de 1 000 stations d’autodissémination a permis de réduire de 80 à 90% la présence de larves au sein de gîtes larvaires sentinelles. De plus, la mortalité larvaire est passée de 2 à 7 % avant l’intervention à 80-90% suite à la mise en place des stations d’autodissémination. Enfin, l’émergence de moustiques adultes a diminué de 96-98%.

Les espèces visées par l’intervention étaient Ae. aegypti et Ae. albopictus. Une diminution des populations de Culex spp. et de Limatus spp. a également été mise en évidence.

Les auteurs soulignent cependant la nécessité de répliquer ces résultats et que cette technique doit être considérée comme un volet d’une stratégie de lutte intégrée et ainsi combinée avec d’autres méthodes de lutte, traditionnelles ou innovantes.

 

Source : Abad-Franch F, Zamora-Perea E, Luz SL. Mosquito-Disseminated Insecticide for Citywide Vector Control and Its Potential to Block Arbovirus Epidemics: Entomological Observations and Modeling Results from Amazonian Brazil.  PLoS Med. 2017 Jan 17;14(1):e1002213. doi: 10.1371/journal.pmed.1002213.

     

 

Page 5 sur 74

Vous pensez avoir observé un moustique tigre (Aedes albopictus) ? Vous souhaitez le signaler ?

Accédez au portail de signalement dédié

AG du CNEV 2016

Veuillez trouver, ci dessous, les présentations de l'Assemblée Générale du CNEV et de la session thématique  "Vecteurs, Santé animale et Zoonoses" qui s'est tenue à Montpellier le 9 novembre 2016 :

Présentation du bilan 2016 et perspectives 2017 du CNEV - Fabrice Chandre

Présentation " Etat de réflexions sur le CNEV II "- Anne Bronner et Bernadette Worms

Présentation sur " La dermatose nodulaire contagieuse " - Emilie Bouhsira et Frédéric Stachurski

Présentation sur " La Besnoitiose " - Philippe Jacquiet

Présentation sur " Présence de Hyalomma marginatum en France et risque de fièvre hémorragique de Crimée-Congo " & " Situation en France "- Philippe Marianneau et Laurence Vial

Présentation sur " Le virus West Nile et autre encéphalites équines " - Sylvie Lecollinet

Qu’est-ce que la lutte antivectorielle ?

Dans son acception la plus large, la lutte antivectorielle comprend...

En savoir plus...

Qu'est ce qu'un vecteur ?

Un vecteur est un arthropode hématophage (se nourrissant de sang) qui ...

En savoir plus ...

Free business joomla templates