Connexion



Fil d'actu (RSS)   picto rss         

Le Centre National d'Expertise sur les Vecteurs (CNEV) est une structure multidisciplinaire permettant de mobiliser rapidement et efficacement, dans une perspective d'aide à la décision, l'ensemble de l'expertise et des compétences françaises dans les domaines de l'entomologie médicale et vétérinaire, de la lutte anti-vectorielle et des sciences humaines et sociales appliquées à la Lutte Anti-Vectorielle.

Home

La dengue à la Réunion : situation épidémiologique

La Cire Océan Indien présente la situation épidémiologique de la dengue à La Réunion.

Depuis fin 2015, 53 cas autochtones ont été identifiés. Le virus de la dengue continue de circuler de façon modérée sur les communes de Saint Joseph, Saint Leu et Saint Louis. un nouveau foyer de transmission a été détecté sur la commune de Tampon.

Accès au Point épidémiologique n°24 du 30 mars 2016.

 

 

Surveillance de la dengue en Martinique

Depuis le début de l'année, on dénombre 265 cas cliniquement évocateurs de dengue et 11 cas confirmés biologiquement. L'épidémie de Zika rendant peu interprétable le diagnostic sérologique des cas de dengue, les foyers de dengue sont plus difficile à détecter.

Plus d'information dans le Point épidémiologique n°01/2016 de la Cire Antilles - Guyane.

 

Zika : situation épidémilogique aux Antilles - Guyane

La Cire Antilles - Guyane publie le point épidémiologique du 31 mars sur la situation virale de Zika dans les DFA. La circulation du virus Zika en Martinique se poursuit sur un mode épidémique avec un ralentissement au cours de la dernière semaine. Pour la Guyane, l'épidémie se poursuit sur le littoral avec une transmission autochtone débutante détectée sur le Maroni. Aucune circulation virale n'a été constatée à Saint Barthélémy.

 

Estimation de la date d'introduction du virus Zika aux Amériques

Un article publié dans le journal Science fait état du séquençage de différentes souches du virus Zika isolées chez des personnes en lien avec l'épidémie qui sévit au Brésil. Très peu de diversité génétique a ainsi été observée entre ces différents virus, suggérant ainsi une introduction unique de l'agent pathogène.

Sur la base de ces analyses génétiques, la date d'introduction du virus au Brésil est ainsi estimée à la période comprise entre mai et décembre 2013, soit plus d'une année avant la première détection de la circulation virale au Brésil.

 

Référence : Faria NR et al., Zika virus in the Americas: Early epidemiological and genetic findings. Science. 2016 Mar 24. pii: aaf5036. [Epub ahead of print]

  

 

Master International d'Entomologie (MIE) médicale et vétérinaire : appel à candidatures

Le Centre d’Entomologie Médicale et Vétérinaire (CEMV) de Bouaké (Côte d’Ivoire) propose, en collaboration avec l’Université de Montpellier (France) et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), le Master International d’Entomologie (MIE) médicale et vétérinaire, aux étudiants et professionnels du secteur de la santé, de l’agriculture et de l’environnement.

Cette formation de haut niveau répond aux besoins de compétences nécessaires pour faire face à la menace des maladies émergentes à transmission vectorielle. Ce Master offre une co-diplômation au terme de cette 2ème année de formation.


Procédure d'inscription et détail de la formation au lien suivant http://www.cemv-ci.net/conditions-admission-mie-2016.php


Dépôt des candidatures du 20 mars au 30 mai 2016.

 

 

Virus Zika aux Antilles-Guyane : Point épidémiologique

 

La CIRE Antilles-Guyane publie un point épidémiologique actualisé relatif à l'émergence du virus Zika dans les départements français d'Amérique (point épidémiologique n°11/2016).

Ainsi, au 24 mars 2016, l'épidémie se poursuit en Martinique, sur le littoral guyanais ainsi que le long du Maroni. La circulation virale continue en Guadeloupe et à Saint-Martin. Aucun cas autochtone n'a pour l'heure été mis en évidence à Saint-Barthélémy.

Accès au Point épidémiologique n°11/2016 de la CIRE Antilles-Guyane.

   

 

Anses : actualisation des substances biocides potentiellement utilisables en LAV

L'Anses a émis un avis relatif à l’actualisation de substances actives et produits biocides potentiellement intéressants pour une utilisation en lutte anti-vectorielle (LAV).

Cet avis actualise les précédents avis de l'agence identifiant 32 substances actives et les hiérarchisant en termes de perspectives d'utilisation.

L'agence identifie ainsi des larvicides utilisables à court (Bacillus thuringiensis subsp. israelensis (Bti) et Bacillus sphaericus (Bs), diflubenzuron, pyriproxyfène, cyromazine) et moyen terme (spinosad, imidaclopride) et des adulticides utilisables à court (bendiocarbe, deltaméthrine) et moyen terme (imidaclopride et dinotéfurane, indoxacarbe, chlorpyriphos-méthyl).

 

Accès direct à l'avis de l'Anses.

  

 

Page 5 sur 61

Vous pensez avoir observé un moustique tigre (Aedes albopictus) ? Vous souhaitez le signaler ?

Accédez au portail de signalement dédié

Qu’est-ce que la lutte antivectorielle ?

Dans son acception la plus large, la lutte antivectorielle comprend...

En savoir plus...

Qu'est ce qu'un vecteur ?

Un vecteur est un arthropode hématophage (se nourrissant de sang) qui ...

En savoir plus ...

S'inscrire à la lettre d'information

Free business joomla templates